fbpx
Fermer
Appelez-nous / Du lundi au vendredi de 9h à 18h au 01 86 76 06 25  
ÉCRIVEZ-NOUS / Laissez-nous un message, nous vous répondrons dès que possible
Retour
cloture-barriere

Comment bien construire son muret maçonné ?

/15.07.2021
Comment bien construire son muret maçonné ?

Pour aménager votre extérieur ou délimiter un parterre de fleurs, un muret maçonné s’impose. Comment le construire, ajouter des piliers ? Quels matériaux sélectionner ? On vous explique tout.

Un muret maçonné servira de clôture à votre extérieur ou à bien délimiter un parterre d’arbustes ou de fleurs. Choisir le bon matériau est primordial pour que celui-ci s’intègre parfaitement à (et embellisse) votre jardin. Si on se sent une âme de maçon, on peut tout à fait se lancer dans les travaux soi-même. Faites appel aux experts travaux My Living Bloom si vous doutez de vos compétences et ne disposez pas des outils nécessaires.

Un muret avec fondations

Il est possible de ne pas creuser de fondations au moment de la construction, mais c’est prendre un risque de voir son mur chanceler. Les fondations permettent la correction des défauts du terrain ou du sol, la stabilisation de l’ouvrage et une répartition du poids équitable. La profondeur nécessaire et minimale s’obtient grâce à un calcul savant : la hauteur du mur en centimètres divisée par quatre. Pour la largeur d’une fondation : il faut multiplier par deux la largeur du mur en centimètres. Exemple : un muret de 1,50 mètre de hauteur avec des parpaings larges de 15 cm (le plus commun), cela donnera 150 cm / 4 (soit 37,5 cm de profondeur) et la largeur de la fondation sera de 30 cm (15 cm x 2). Assurez-vous de réaliser vos fondations hors gel. Préparez la tranchée en délimitant le parcours du muret par deux cordeaux parallèles, tendus sur des piquets à 10 cm du sol environ. Creusez ensuite à la pelle ou la mini-pelle en fonction de la longueur du muret.

Muret maçonné : ferraillage, semelle…

Une fois les fondations creusées, pensez à étaler un film polyane dans la tranchée en le faisant remonter sur les bords afin d’éviter toute apparition d’humidité. On passe au ferraillage. On coule ensuite du béton à faible teneur en ciment. Après avoir posé une armature type longrine, on coule à nouveau du béton pour créer une semelle. La pose des parpaings au mortier peut alors commencer. Pensez à vérifier l’aplomb et le niveau à l’aide du niveau à bulle et le fil à plomb, pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

Muret maçonné : du parpaing à la pierre

Pour obtenir quelque chose de plus esthétique, vous pouvez opter, selon vos goûts, pour les murets en pierre naturelle aux formes irrégulières qui permettent de jolis puzzles. Au choix également, la pierre de taille bien plus lisse et décorative (on peut la sculpter), la sèche, la reconstituée (fabriquée industriellement) et de parement, qui viendra recouvrir un muret en béton ou en parpaings. Pour la pierre naturelle, il faut choisir des tailles différentes pour bien caler les pierres entre elles. On peut retailler soi-même des pierres trouvées en carrière : une meilleure option que celle d’aller dans un magasin de bricolage où les pierres sont plus onéreuses, car déjà prêtes à l’emploi.

Muret maçonné : la construction

Lors de l’édification, là encore, on n’évite pas l’étape des fondations, encore plus si le sol est meuble. On délimitera la tranchée à l’aide des piquets de guidage et du cordeau. On installe ensuite la semelle de cailloux, recouverte de mortier. On pose un treillis lui aussi recouvert de mortier. On laisse sécher trois jours. On peut commencer la première rangée avec des pierres dont la forme permet une superbe assise. Pour un bel effet, évitez de mettre côte à côte des pierres de même taille, couleur ou forme. Les plus régulières seront posées aux angles. On privilégie les grosses pierres à la base du muret.

Muret maçonné : niveau à bulle et régularité

Vérifiez que la construction monte de façon égale, et sans déviation, grâce au niveau à bulle, fil à plomb ou à l’équerre de maçon : bien taper les pierres avec le manche de la truelle peut aider. Les joints entre les pierres ne doivent pas être trop réguliers pour garder un effet rustique. Enlevez à l’éponge le surplus de mortier encore humide qui dépasse sur les pierres. On finit l’édifice avec une belle couche de mortier, minutieusement étalée et lisse. À noter que la pierre sèche, à poser en quinconce, ne requiert pas de mortier et est à réserver pour les murets de faible hauteur (moins de 1 mètre et d’une épaisseur au 2/3 de sa hauteur).

Muret maçonné : les piliers, renfort et esthétisme

Le muret peut être agrémenté de piliers, mais on évitera d’en poser dans le cadre d’un jardin paysagé. Il est en revanche indispensable d’en installer deux pour servir de support à un portail. On peut le construire en pierre, mais cela réclame un peu de technique et un budget certain. Les magasins de bricolage en proposent en kit, des blocs creux (brique, imitation pierre naturelle…) qui s’empilent au fur et à mesure. On commence par vérifier le niveau de fondation. Avec une corde, on marque des repères pour que les deux piliers soient alignés. Une armature en fer verticale – déjà emprisonnée dans le béton de la fondation – passera au travers des blocs. Un peu de mastic de colle en base pour le premier bloc et on peut commencer l’empilement. À chaque pose de bloc, vérifiez l’alignement avec le niveau à bulle. Trois blocs plus tard, remplissez le pilier creux avec du béton. Après avoir coupé le surplus d’armature et une dernière couche de béton, on laisse sécher ; puis, on place les chapeaux de piliers, toujours avec du mastic de colle.

Pour tous vos projets, prenez conseils auprès de My Living Bloom

Faites une estimation de votre projet

Réalisez une estimation rapide basée sur les prix du marché avec My Living Bloom

Je commence

Sur le même sujet