fbpx
Fermer
Appelez-nous / Du lundi au vendredi de 9h à 18h au 01 86 76 06 25  
ÉCRIVEZ-NOUS / Laissez-nous un message, nous vous répondrons dès que possible
Retour
jardin

Quelles formes pour une piscine en pente ?

/27.09.2021
Quelles formes pour une piscine en pente ?

Vous brûlez d’envie d’installer une piscine dans votre jardin… mais le hic, c’est qu’il est en pente ! Pas d’inquiétude, il existe des solutions pour que votre rêve devienne réalité.

Bien souvent, dans l’imaginaire collectif, terrain piscinable = terrain plat. Or, il est tout à fait possible de construire un bassin sur une parcelle en pente. Une étude de sol, destinée à analyser sa stabilité, quelques travaux de terrassement… et le tour est joué ! Reste à sélectionner la forme de piscine qui s’adaptera le mieux aux contraintes du terrain.

La piscine semi-enterrée pour un terrain en pente

Il s’agit du choix le plus répandu pour bâtir une piscine sur un terrain en pente. Un bord de la piscine se retrouve à fleur du terrain, tandis que le bord opposé reste hors-sol. La forme du bassin sera dictée par l’inclinaison du sol. En règle générale, il doit être plus long que large pour éviter que le mur de soutènement ne soit trop élevé ; il est recommandé qu’il ne dépasse pas une hauteur de 1,50 m. La forme rectangulaire se prête pleinement à ce type de construction. Autre possibilité, le couloir de nage dont la ligne contemporaine convient aux sportifs désireux de pratiquer quelques longueurs. La pose d’une terrasse étagée autour du bassin insufflera une dynamique contemporaine. Revêtue de bois, de pierre ou encore de béton ciré, sa surface plane accueillera transats ou poufs d’extérieur… De quoi s’accorder un moment de détente sans craindre de dégringoler la pente !

Une piscine à débordement pour un terrain en pente

Et si, plutôt que de considérer votre terrain incliné comme un obstacle à la construction d’une piscine, vous l’envisagiez comme une opportunité ? Celle de vous offrir une piscine à débordement, digne d’un hôtel de luxe, par exemple… Le procédé est simple : l’eau du bassin principal, rempli à ras bord, vient s’écouler dans un second bassin étroit, qui longe le bord inférieur du premier. L’eau est alors récupérée, filtrée et réutilisée sous la forme d’un circuit fermé. La déclivité naturelle du terrain est mise à profit pour installer le bac récupérateur. Cette option très esthétique donne l’illusion d’un bassin plus grand qu’il ne l’est, car l’eau qui s’écoule vient gommer une partie de la paroi. Pour le nageur, le plaisir des yeux est tout aussi grand puisqu’aucune margelle ne vient gâcher la vue et le regard plonge directement sur le panorama environnant.

Quid de la piscine biologique ?

Une nouveauté dans l’air du temps : la piscine naturelle ou biologique. Avec son aspect « sauvage », elle se fond naturellement dans le paysage et s’adapte aux terrains escarpés. Le bassin est constitué de deux à trois parties distinctes, l’une dédiée à la baignade et le reste à la filtration et à l’oxygénation de l’eau. Il faut donc prévoir une emprise au sol plus conséquente que celle d’une piscine classique pour obtenir le même plan de baignade. Dotée de son propre écosystème composé de plantes aquatiques, de pierres, de bactéries, d’insectes, et même de grenouilles, une piscine naturelle embellira votre jardin ; et ce, quelle que soit la saison. Autre avantage, l’implantation d’un bassin biologique de moins de 10 mètres carrés ne nécessite aucune démarche administrative préalable. Seule une déclaration de travaux s’impose pour une superficie inférieure à 100 mètres carrés. Il n’est soumis ni aux normes de sécurité ni à l’imposition en vigueur pour les piscines artificielles.

Pour tous vos projets, prenez conseils auprès de My Living Bloom

Faites une estimation de votre projet

Réalisez une estimation rapide basée sur les prix du marché avec My Living Bloom

Je commence

Sur le même sujet