fbpx
Fermer
Appelez-nous / Du lundi au vendredi de 9h à 18h au 01 86 76 06 25  
ÉCRIVEZ-NOUS / Laissez-nous un message, nous vous répondrons dès que possible
Retour
jardin

Remblai : tout savoir pour remblayer son jardin

/05.07.2021
un jardin paysager méditerranéen positionné sur un remblai

Afin d’avoir un jardin stable et plat, il est parfois nécessaire de recourir à la technique du remblai. Cette action de terrassement consiste à aplanir un terrain comportant des creux, trous ou des fossés en ajoutant des matériaux comme du sable ou de la terre.

Le remblaiement du jardin permet d’avoir une surface plane et bornée. Ainsi, on organise mieux son espace végétalisable. Cela peut être une étape essentielle dans la composition d’un jardin parfaitement agencé.

Quand faut-il remblayer un terrain ?

Lors de la préparation du sol, le remblai est une étape importante des travaux de terrassement. Un remblai sert en effet à aplanir un terrain, à niveler des fouilles, à rehausser le niveau du sol. Il s’agit d’ajouter de la terre ou du sable pour niveler ou surélever le terrain ou encore combler les trous. L’usage du remblai est également de préparer un socle solide pour l’assise d’une construction, quelle que soit sa nature. L’épaisseur du remblai et sa composition varient en fonction de la nature de la construction. Les matériaux utilisables pour concevoir un remblai dépendent directement de la configuration du terrain initial et du type de sol. La craie est le matériau idéal pour les sols secs ; les roches siliceuses présentent une bonne résistance au poids ; les roches argileuses sont appréciées pour leur friabilité ; la terre (argileuse, humide ou sableuse) est utilisée généralement pour le jardin ; les gravats constitués de morceaux de briques, de parpaings ou encore de ciment sont employés pour combler les trous et les crevasses après des travaux de construction. Le choix du matériau de remblai apparaît donc comme essentiel pour éviter toute déformation future du terrain, comme un glissement ou un tassement. Les matériaux vont également impacter la qualité du remblai ainsi que sa capacité à supporter le poids du futur ouvrage.

Remblayer pour préparer l’aménagement d’un jardin paysager

Le remblaiement est une opération qui peut s’avérer indispensable avant de préparer ou d’aménager un jardin. Les travaux accomplis doivent tenir compte du projet. L’espace végétalisable pourra être doté de massifs, de haies, d’une allée, d’une terrasse, d’une pelouse, d’une serre, d’une piscine ou encore d’un bassin. Il convient de prendre en considération les différents éléments qui vont agrémenter l’espace. Dans ce cas, un remblaiement peut être envisagé. Apporter de la terre pour combler une cavité, un trou soit pour élever une partie du terrain ou encore le niveler afin de s’assurer de la planéité et de sa régularité. Cela est nécessaire si vous souhaitez, par exemple, avoir une belle pelouse aussi régulière que dense, ou si vous désirez confectionner des massifs, des bandes fleuries ou encore des travaux de maçonnerie paysagère (bordures, terrasses). Selon le plan d’aménagement de votre espace vert, vous pourrez surélever certaines zones pour mettre en valeur des espèces végétales. Le terrain doit être très stable et il faut également prévoir une certaine pente (d’au minimum 5 %) pour faciliter l’évacuation des eaux de pluie. En fonction des caractéristiques du sol, la mise en place de drains, de regards ou encore d’un film géotextile peut s’avérer nécessaire.

Confier le remblaiement de son jardin à un professionnel

Le remblaiement est un travail de terrassement. Lorsqu’il s’agit d’un parc de grande envergure qui réclame un terrassement complexe (terrain difficile d’accès, en pente, plantation dense…), il est souvent préférable de faire appel aux services d’un terrassier. D’autant plus que ces ouvrages peuvent impliquer de conduire et de manipuler de gros engins de chantier. Pour ceux qui s’y connaissent bien, il est possible de louer les équipements. Pour autant, rien ne vaut le savoir-faire et l’expérience de spécialistes. Les plus exigeants recourront aux services d’un paysagiste en sachant que certains prestataires peuvent prendre en charge à la fois le terrassement, l’aménagement et l’entretien du jardin. L’avis d’un expert est souvent primordial pour choisir la bonne terre de remblai en fonction du type de sol de son espace vert.

Comment choisir les bons matériaux pour remblayer un jardin ?

Il est à noter que la sélection d’un sable de remblai, de terre ou de tout autre matériau ne s’effectue pas en fonction de la préférence de chacun. Lors du remblaiement, une étude des sols aidera à trier les matériaux à utiliser. Le choix va dépendre du taux d’humidité du terrain, de la granularité, de la nature du sol et du projet des aménagements envisagés. Les travaux de terrassement ne doivent jamais mettre en cause la stabilité du terrain. Les matériaux de remblaiement seront donc sélectionnés en fonction de leur dimension, de leur sensibilité à l’eau, mais également de leurs caractéristiques physiques.

Semer une pelouse sur une terre de remblai

Il faut en premier lieu fraiser à l’aide d’un motoculteur pour affiner la terre. Il est inutile de travailler le sol en profondeur, 10 à 15 centimètres suffisent. Prenez soin de retirer les pierres et les cailloux. Ensuite, il convient de crocheter la surface du terrain pour extirper les racines de chiendent et de liseron. Prenez une griffe au lieu d’un râteau pour égaliser le sol. Après avoir tassé la terre avec un rouleau, vous pouvez semer régulièrement sur l’espace prévu. Comptez 3 kilos de graines pour 100 mètres carrés. Griffez pour les enterrer et roulez une dernière fois. Enfin, un apport de 10 à 20 millimètres d’eau par mètre carré est requis.

Mise en place d’un potager sur une terre de remblai

La terre de remblai mise en tas s’appauvrit et s’asphyxie rapidement. Si une grande partie de la microfaune a disparu, les graines des herbes adventices sont restées. Laissez-les donc repousser et fauchez-les avant leur montée à graines. Apportez ensuite un amendement humique sous forme de fumier bien décomposé. Enfouissez cet apport en passant superficiellement le motoculteur qui détruira les racines des mauvaises herbes et enfouira à faible profondeur le fumier. Attendez une repousse de l’herbe et renouvelez cette opération sans ajout de fumier. Sur ce remblai maintenant travaillé, le moment est venu de semer au mois d’août un engrais vert composé d’une légumineuse comme le trèfle rouge.

Pour tous vos projets, prenez conseils auprès de My Living Bloom

Faites une estimation de votre projet

Réalisez une estimation rapide basée sur les prix du marché avec My Living Bloom

Je commence

Sur le même sujet

[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]