fbpx
Fermer
Appelez-nous / Du lundi au vendredi de 9h à 18h au 01 86 76 06 25  
ÉCRIVEZ-NOUS / Laissez-nous un message, nous vous répondrons dès que possible
Retour
jardin

Bassin de jardin : préformé, en béton ou sur bâche et leurs alternatives

/04.05.2022
Bassin à poisson dans un jardin

Quoi de mieux qu’un bassin, avec poissons et plantes aquatiques pour créer un peu de zénitude dans son jardin ? Si on opte pour le bassin enterré, on a le choix entre la coque préformée, le béton ou la bâche. On fait le point sur les avantages et les inconvénients de chacun de ces matériaux.

Choix des formes, de la taille, robustesse et facilité d’installation : tous ces critères sont à prendre en considération quand il faut décider du type de bassin creusé que l’on veut dans son jardin. Il existe également des solutions alternatives au bassin enterré pour éviter de faire un trou dans son terrain ou tout simplement pour réaliser des économies. Petit tour d’horizon.

Le bassin préformé : facilité d’installation

Fournies en kits, ces coques en résine de synthèse, très étanches, sont faciles à installer. Rondes, ovales, sinueuses ou d’aspect naturel, avec berges également pour y mettre des plantes : ces bassins peuvent prendre de multiples formes. Les couleurs les plus habituelles restent le noir, le vert et le bleu. Les parois en général lisses peuvent imiter la pierre ou les plis d’une bâche. Le choix est large mais la capacité est limitée à 3 000 litres d’eau. Privilégiez le polyester renforcé de fibre de verre, plus cher mais résistant aux rayons du soleil, au gel et à la forte chaleur, pour une durée de vie entre 15 à 20 ans.

Le bassin en béton : robustesse

Le béton est un matériau qui permet de laisser libre court à toutes vos envies, de taille et de forme (un permis de construire est nécessaire si la surface dépasse les 20 m²). Pour la robustesse et la longévité du bassin, c’est la meilleure option. En revanche, la construction est précise, délicate et coûteuse. Il faudra un coffrage dans la plupart des cas, ou alors utiliser la technique de blocs à bancher (parpaings creux) ou de gunitage (canon pneumatique). Il faut également veiller à une parfaite étanchéité et éviter les fissures. L’appel à un professionnel est fortement recommandé. Les travaux doivent se dérouler par temps sec pour éviter que la pluie ne fasse des ravages.

Le bassin sur bâche : liberté des formes

Comme pour le béton, la bâche, posée au fond d’un trou de la profondeur et de la forme que l’on souhaite, permet d’être créatif. On peut facilement aménager des escaliers pour y installer des plantes. Et ce matériau est un bon compromis côté budget. Dans les inconvénients, on notera que la pose n’est pas si simple : il faut une certaine habileté pour éviter la formation de plis. Ne pas lésiner sur la qualité de la bâche afin de garantir l’étanchéité. Optez pour celle en Pondtex ou mieux le EPDM, un caoutchouc synthétique ayant une durée de vie pouvant aller jusqu’à 50 ans et plus.

Bassin hors-sol : simple à mettre en place

Il n’est pas obligatoire de creuser un trou dans son terrain pour profiter d’un bassin de jardin. On peut aussi choisir d’en construire un soi-même ou d’utiliser un bassin préformé pour réaliser un bassin hors-sol. Ce dernier a l’avantage de posséder une forme esthétique et pour certains plusieurs niveaux de hauteurs. Avec ce type de bassin de jardin, vous n’aurez qu’à prévoir un coffrage et un système de filtration. Le bassin hors-sol à d’autres avantages non-négligeables. Il est plus sécurisant si on a des enfants en bas âge, car on peut le faire monter haut pour les empêcher de grimper et si vous rencontrez un problème de fuite par exemple, il sera plus facile de la détecter qu’avec un bassin enterré dans le sol.

Bassin fait maison : économique

Vous manquez de place ou de moyens financiers mais vous avez quand même envie d’avoir un petit coin d’eau dans votre terrain ? Vous pouvez fabriquer vous-même votre petit bassin avec une ou plusieurs poubelles. Le principe est simple. Il suffit de faire un trou de la dimension de la poubelle et de l’enterrer à ras du sol. Vous n’avez plus qu’à la remplir d’eau et à l’agrémenter tout autour de décoration : rondins de bois, galets… En plus, ils camouflent les bords qui peuvent rester un peu apparents. Et si vous souhaitez réaliser un bassin un peu plus grand, mettez deux ou trois poubelles côtes à côtes.

Où implanter votre bassin ?

L’emplacement du bassin est primordial. Celui-ci doit bénéficier de 5 à 6 heures de soleil par jour. Il doit donc être installé à un endroit mi-ensoleillé, mi-ombragé. Évitez également de le placer à proximité d’un arbre. En effet, les aiguilles de conifère acidifient l’eau, les feuilles de laurier et d’if sont toxiques et les fruits dégagent des alcools toxiques pour la faune aquatique, ils risquent d’abîmer les plantes aquatiques de votre bassin. En plus, si les feuilles mortes à l’automne tombent dedans, elles vont former de la vase. En revanche, comme il aura quand même besoin d’ombre, vous pouvez l’installer à proximité d’un arbre persistant ce qui lui assurera de l’ombre en été et ne le détériorera pas à cause des feuilles mortes. Dernier point : si vous voulez en profiter même quand vous êtes à l’intérieur, il devra être placé à un endroit visible de la maison. Ce qui vous permettra aussi, si vous avez des enfants en bas-âge, de veiller à ce qu’ils ne s’en approchent pas.

Pour tous vos projets, prenez conseils auprès de My Living Bloom

Faites une estimation de votre projet

Réalisez une estimation rapide basée sur les prix du marché avec My Living Bloom

Je commence

Sur le même sujet